in interiors by Business Immo

in interiors by Business Immo

Présentation: 
Business Immo, leader de la presse B to B de l’industrie immobilière, propose un concept unique d’information multimédia et multicanal et diffuse des contenus à forte valeur ajoutée : Annuaire, analyses, études, transactions, offres d’emploi... 

Le site Business Immo en chiffres:
+ de 315 263 visiteurs uniques en juin 2018
+ de 653 426 pages vues en juin 2018

Le dernier né de la Collection Business Immo : in interiors, la revue des nouveaux usages, s’adresse aux architectes, architectes d’intérieur, concepteurs de mobiliers, aménageurs, utilisateurs…

in interiors met en lumière les univers du pouvoir des lieux, de l’immobilier B to B et de l’aménagement intérieur.

Beau papier, 80 pages minimum, photos couleurs pleine page et même double page… Cinq rubriques pour traiter de l’intérieur des bâtiments de bureaux, commerces, hôtels, résidentiel… :
interview2 : regards croisés d’un major de l’industrie immobilière et d’un aménageur ou d’un architecte d’intérieur
intendance : les tendances d’aménagement qui révolutionnent les usages
indesign : les objets, matériaux, mobiliers, équipements innovants
instantané : le dossier de fond au cœur de la transformation des intérieurs immobiliers
inside : un tour d’horizon des réalisations qui font l’actualité
Coordonnées
24 rue du Sentier
Code Postal: 
75002
Ville: 
Paris
Téléphone: 
01 44 83 83 83

Actualités de in interiors by Business Immo

in interiors #13

Du collaboratif au collabora(c)tif

Collaboratif : la sémantique a fait son irruption presque sans prévenir dans notre vocabulaire immobilier. Après les séries du bien-être au travail et avant celle de la raison d’être, le collectif a pris une place de plus en plus grande au sein de nos espaces de travail, de vie et d’échanges. La crise du Covid-19 n’a fait qu’accélérer une tendance sourde et profonde : le collaboratif prend désormais le pas sur l’individuel. Avec une limite : les nouvelles normes de distanciation sociale qui se doublent de nouveaux standards sanitaires.

in interiors #12: Matières et matériaux

Échec et Mat…

S’il y a une seule chose que l’on sait, c’est que l’immobilier va sortir profondément changé de la crise sanitaire. L’essor du télétravail, en particulier, et les nouvelles normes de distanciation sociale, en général, buttent contre les besoins des entreprises, les aspirations des usagers et les porteurs de projets immobiliers qui s’incarnent désormais dans la trilogie : collaboratif, expérience et bien-être. Comment accorder ces nouvelles donnes a priori inconciliables ? Comment retrouver le goût de revenir dans nos intérieurs après un confinement subi ?

in interiors #11: Demain, le bureau...

LE BUREAU EST MORT, VIVE LE BUREAU !

À l’heure où nous écrivons ces lignes, tout semble avoir été dit sur l’avenir du bureau. Que le principe consacré du télétravail à 100 % ou à temps partiel signait purement et simplement son acte de mort. Que les nouvelles normes de distanciation sociale allaient sacrifier des milliers voire des millions de mètres carrés de bureaux. Que les espaces de travail – organisés en flex office, en coworking ou en collaboratif – ne ressembleraient plus jamais à ce que nous avions connu avant la crise sanitaire. Tout cela est sans doute vrai. Et pourtant… À l’heure où la France se relève groggy de cette pandémie d’un nouveau genre, à l’aube d’une crise économique et sociale de grande ampleur, le bureau n’a jamais été aussi important. D’abord parce qu’il reste l’incarnation spatio-temporelle de l’entreprise. Ensuite parce qu’il est le lien et le liant nécessaire à toute cohésion sociale au sein d’un groupe. 

in interiors #10 : 5ème façade

TOIT, TOIT, MON TOIT…

Faire d’une contrainte une opportunité. C’est un peu toute l’histoire de la vie du toit, cet objet très identifié aux fonctionnalités restées trop longtemps délimitées et limitées. En mutant vers la bien nommée 5ème façade, cet espace s’est trouvé une occupation, une fonction et même une vocation. Tour à tour récréatif, productif, contemplatif, le toit se joue des adjectifs et des usages. Et déjoue tous les pronostics pour se muer en lieu de vie et se penser lien social.  

 

Récréatif. Adieu le toit aux tristes et grises connotations haussmanniennes, bienvenue au… rooftop, ce nouveau territoire d’expression artistique où se mêlent les gens, les couleurs et les usages. Rehaussée par un mobilier qui conjugue design et innovation, cette 5ème façade prend alors des allures de fête. 
 
Productif. Plus surprenant, le toit se pare de vertus nourricières. À l’échelle de l’agriculture urbaine qui fleurit littéralement sur les toits, recréant ainsi une biodiversité souvent oubliée, voire annihilée en ville. À l’échelle d’une entreprise également qui investit, sans complexe, cette 5ème façade pour en faire un lieu de réunion, mais aussi de travail et pourquoi pas d’inspiration, de créativité et de performance.  
 
Contemplatif. Jamais il ne faut délaisser la fonction contemplative et inspirationnelle des lieux. Prendre de la hauteur, quoi de plus naturel sur un toit. Cette nouvelle façon de prendre possession de la 5ème façade donne à la ville une autre perspective et aux immeubles une fonction différente ou plutôt une interaction nécessaire. Penser aux toits, c’est penser une ville qui reconquiert des espaces jadis inutiles, improductifs, stériles. Envahir les toits, c’est regreffer le bâti à la cité, les hommes à l’urbain, la vie à la ville.

+ d'infos

in interiors #9 : logement : le choc des usages

Les chocs du logement

Décohabitation, recomposition, inflation?: c’est la nouvelle trilogie du logement. Face à l’épidémie de solitude qui frappe l’humanité tout entière, face aux nouvelles manières de vivre basées sur le dehors plus que sur le dedans, face – enfin – aux promesses du vivre-ensemble et de l’inclusivité, le logement subit un choc, pardon, plusieurs chocs simultanés. Plus que jamais, ces trois facteurs se conjuguent pour accoucher d’une nouvelle donne du logement. Première conséquence de cette équation inédite sur le plan historique?: une modification du code génétique des usages. 

+ d'infos

​in interiors #8 : le bureau connecté

Smart IS good

Smart or not smart : that is the question… L’on prête au bureau contemporain tellement de qualités et l’on en attend, en regard, tant de responsabilités, que sa nouvelle définition peut parfois inquiéter. Dans un monde où l’usage prend le pas sur la propriété et les services l’ascendant sur les mètres carrés, l’espace de travail a pris, lui, le pli d’une autre révolution. Appelez-là comme vous le voulez : technique, technologique, digitale, mais une chose est sûre, le code du bureau a changé. Il n’est plus, à l’évidence, ce meuble posé ça et là, un peu par hasard et sans grande efficacité, ni ce lieu exclusivement fonctionnel au cœur d’un immeuble isolé. 

Découvrez notre dernier grand projet d’aménagement !

Nous avons le plaisir de vous présenter le nouveau site Internet in interiors, encore plus ergonomique, bien évidemment responsive,  nous vous invitons à :

- visiter les lieux : bureaux, hôtels, commerces … fraîchement (ré)aménagés

- suivre les tendances #art #design #collaboratif #connecte #reponsable

- décrypter les évolutions des usages #consommer #travailler #voyager

- rester connectés avec la rédaction Instagram @in__interiors

- ne pas manquer les événements avec le zoom sur l’agenda

in interiors #7: Food and Beverage

Du F&B au… F’n’b

F&B : Ce n’est pas un nouveau genre musical. Ce n’est pas non plus un nouveau label. Ce n’est pas encore un nouveau vinyle. C’est peut-être tout simplement la clé pour réussir le mouvement contrapuntique entre le phénomène d’obsolescence des malls et l’aspiration à la réinvention des bureaux. 
Nécessairement nourri d’influences anglo-saxonnes, le F&B fait une percée remarquée et remarquable sur la scène française. En scandant deux refrains polyphoniques qui sont autant d’ingrédients d’un succès annoncé?: l’assiette qu’il faut re-composer et le lieu qu’il est nécessaire de ré-écrire, en toute harmonie. 

in interiors #6 LE BÂTIMENT ET LE VIVANT

IN VIVO

Et si la pierre n’était plus ce corps immobile ? et immuable ? Et si l’immeuble se transformait en un corps vivant ? Et si le bâtiment s’incarnait dans un corps organique dialoguant avec son environnement, la ville et ses citoyens ? Vous ne rêvez pas, l’immobilier dans toutes ses dimensions mue. Il mue dans sa conception qui devient bioclimatique. Il mue dans ses usages qui se diversifient, se complexifient et s’hybrident, créant du lien et des liens, tels des rhizomes. Il mue dans sa fonction et sa définition qui font de la biophilie une nouvelle religion du travail.

in interiors #5 HOTEL MAIS PAS TROP

Révolution 

L’hôtel est mort, vive l’hôtel?! La révolution gronde dans le secteur de l’hôtellerie. Elle gronde sous les assauts de la digitalisation à outrance, incarnée par la fièvre Airbnb. Elle gronde aussi sous les coups de butoirs des millennials, cette espèce que tout le monde s’arrache. Elle gronde enfin sous l’appel au pouvoir des lieux, une incantation hautement contemporaine. Une revendication légitime et sourde qui transforme nos expériences, rehausse nos villes et transforme nos vies.  
Dans l’aspiration du boutique-hôtel inventé un jour de 1984 à New York par une certaine Andrée Putman, l’hôtellerie n’en finit plus de se réinventer. Hier, c’était une préoccupation esthétique. Aujourd’hui, c’est un impératif économique. 

Pages