M. CHRISTIAN DREVET

CHRISTIAN DREVET ARCHITECTURE

Projets publiés

L'ARCHITECTURE DU PAYSAGE

Dans le site grandiose d'une vallée alpine,l'édifice des hommes reproduit une homothétie du massif de la Chartreuse. Les différends corps de bâtiment s'organisent comme des failles et des mouvements géologiques. les façades, déconstruites et fragmentées, pixellisent les roches de la montagne. La toiture, couche lumineuse et vaporeuse, renvoie aux glaces et brouillards des cimes

TRANCHE GEOLOGIQUE

Compacité, structure lourde, espaces traversants, isolation extérieure et façades lisses : voilà qui donne à l'ouvrage de bonnes dispositions bioclimatiques été et hiver. Les revêtements extérieurs expriment les trois ordres réglementaires, sans retrait, ni saillie. L'effet est celui d'une tranche géologique dans le grand paysage grenoblois. Des balcons de verre s'accrochent aux parois comme des nuages à la montagne. Un socle général évoque les anciennes digues de Grenoble et palie aux rétentions d'orages.

PLACE DES NATIONS A GENEVE

architectes: Christian Drevet, Arlette Ortis, Sandra Robyr Espace public de 34000 m2 situé devant les Nations Unies. Agora symbolique pour les revendications internationales en même temps qu'un jardin familier pour les habitants et les employés des organisatoins internationales Un jet d'eau voyageur sur la partie centrale connecte l'espace temps à l'identité génévoise

RUE CENTRALE A VEJLE (DANEMARK)

Architectes: Christian Drevet Westergaard maa Rue commercante de 1,7 km de long Le sol est couvert de grandes dalles de pierres dont le dessin renvoie au elements naturels, ondes, feuilles, poisson, oiseau mais aussi à la peau du dragon (drakkar) de la mithologie wiking. Le mobilier urbain, poubelle, banc, réverbère, joue la généalogie végétale, bourgeon, feuille, fleur.

CENTRE INTERNATIONAL DE RECHERCHE SUR LE CANCER

Achitecte mandataire: Christian Drevet Le plan en double peigne autour d'un espace central s'interromps pour enchasser un batiment existant. La façade évoque le code ADN sur lequel travaillent tous les chercheurs du Centre. Les bandes de pierre et les lames des stores llambi (Corderch) se confondent dans une indifference aléatoire de la matière.Le dessin alterné des ouvertures apparait sans début ni fin.