Pathologie du bâtiment : rénovation de systèmes d’isolation thermique par l’extérieur (ÉTICS) existants

Pathologie du bâtiment : rénovation de systèmes d’isolation thermique par l’extérieur (ÉTICS) existants

LE CONSTAT 
Des désordres peuvent se produire lors de la rénovation des ETICS. Lorsque les maîtres d’ouvrage engagent des travaux de rénovation, des désordres dits de « 2e génération » peuvent apparaître :
• condensation et développement de moisissures ;
• décollement de l’isolant du mur ;
• arrachage de la finition d’origine (RPE ou autres) ;
• apparition de fissures nouvelles coupant le film réalisé dans le cadre de l’entretien ou des réparations.

LE DIAGNOSTIC
 
Moisissures et condensations
Les RPE appliqués en finition sur l’ETICS en place conservent, dans le temps, une perméance à la vapeur d’eau suffisante et les risques de condensation, soit dans la masse de l’isolant, soit à la surface intérieure des parois de la façade, restent donc faibles. À l’occasion d’opérations de rénovation, la finition va être recouverte. La perméance à la vapeur d’eau de la façade va s’en trouver modifiée.
 Si le revêtement venant recouvrir la façade n’est pas suffisamment microporeux (ou perméant), condensation et moisissures sont susceptibles de se développer.
 La vigilance s’impose, notamment si le bâtiment est mal ventilé et/ou situé en zone de montagne.
 Le différentiel de teneur en eau entre l’extérieur du bâtiment et l’intérieur y est plus important.

Fissures nouvelles
En rénovation, l’application sur support fissuré d’un film mince en entretien peut conduire à des déboires. Ce film peut en effet ne pas résister aux mouvements discrets de son support. Cette pathologie va apparaître lorsque l’ETICS à rénover sera affecté de fissures franches, par exemple des fissures coupant le sous-enduit au droit des joints entre les panneaux isolants. Le film appliqué en rénovation va se fissurer s’il n’a pas été formulé pour résister à la dilatation et au retrait thermique de l’isolant.

Arrachage du revêtement de finition organique d’origine
En rénovation la mise en œuvre d’un film susceptible d’exercer des tensions sur les couches d’origine, peut engendrer des décollements de l’ensemble du complexe de finition (anciennes et nouvelles couches).

Décollement de l’isolant
Les panneaux isolants d’origine peuvent avoir été simplement collés au support ou fixés mécaniquement. Dans la première situation, un décollement peut se produire à tout moment, y compris hors du délai de garantie décennale. En effet, la façade est sollicitée lors des intempéries. Le vent exerce des efforts de pression-dépression qui, à la longue, peuvent altérer le collage des panneaux.
Des désordres peuvent alors apparaître suite à un manque d’appréciation de :
• la tenue de l’isolant sur le mur ;
• l’état de dégradation du système (fissuration, adhérence du revêtement de finition et du sous-enduit, etc.) ;
• la compatibilité du film mis en œuvre dans le cadre des travaux avec l’état de la façade (notamment par non-respect des avis techniques).

Désordres en partie basse
Les ETICS sont soumis occasionnellement à des chocs en partie basse, de nature à les détériorer. Une double armature doit être mise en place (armature renforcée).

LES BONNES PRATIQUES

Téléchargez la fiche complète avec les bonnes pratiques

En savoir plus sur les solutions d’assurance dédiées aux architectes
Thématique: