BADIA BERGER Architectes

Présentation: 
Comme des voyageurs nous aimons que les architectures nous parlent d’une société, d’une histoire, d’une culture, d’un ciel et de sa lumière, d’un sol, de la rigueur de l’hiver ou la chaleur de l’été.

Nous aimons celles qui donnent un sens à leur existence, celles qui se risquent à proposer des formes offertes au mouvement des désirs humains.

Aucun de nos projets n’est semblable, tous sont conçus autour des valeurs attachées au plan, pour sa fluidité et sa permissivité, à la structure, comme un point d’ordre, à l’espace, comme une liberté offerte, aux matériaux, pour leur vérité, à la mise en œuvre, comme empreinte humaine.

Aucune réponse n’est préalable à la question posée, chaque projet est une aventure.
Reférences: 

FORME URBAINE

La question urbaine est depuis toujours au centre des préoccupations de l’agence. La rénovation d’un îlot dégradé de 1,6 hectare dans le faubourg industriel de Calais est à l’origine de la création de l’agence en 1981. Depuis ce projet fondateur, la forme urbaine alimente une réflexion constante, qu’il s’agisse d’insérer un projet ponctuel ou de composer des ensembles multifonctionnels en rapport avec le milieu d’accueil.

Leur projet pour l’Opéra Bastille couronné d’une mention en 1884 les positionne sur les équipements culturels, avec plusieurs médiathèques réalisées en trente ans. Ces deux références leur valent d’être lauréats des Albums de la jeune architecture en 1985.    

Cette attention portée à la forme urbaine se perçoit notamment dans leurs opérations parisiennes de logements (ZAC Alésia - 2004, Seine Rive Gauche - 2008, rue des Maraîchers, Paris 20e - 2006) ou dans les pièces urbaines réalisées en périphérie, îlots résidentiels (Stains - 2013), îlots mixtes (Issy-les-Moulineaux – 2015) ou pôles d’équipements (Hauts-de-Cergy – 2013).

 

VALEUR D'USAGE 

L’attention aux usages guide la conception. Elle s’exprime à travers les plans et les coupes, exigeant la plus grande précision. Elle consiste aujourd’hui à offrir un maximum de potentiel et à donner de la souplesse aux espaces afin de permettre des usages différents et une appropriation aisée. Des lieux fédérateurs sont ainsi trouvés au cœur des bâtiments pour organiser un fonctionnement ouvert et décloisonné, néanmoins polarisé (centre culturel des Hauts-de-Cergy – 2013, bibliothèque universitaire de Versailles – 2013).

FORME URBAINE

La question urbaine est depuis toujours au centre des préoccupations de l’agence. La rénovation d’un îlot dégradé de 1,6 hectare dans le faubourg industriel de Calais est à l’origine de la création de l’agence en 1981. Depuis ce projet fondateur, la forme urbaine alimente une réflexion constante, qu’il s’agisse d’insérer un projet ponctuel ou de composer des ensembles multifonctionnels en rapport avec le milieu d’accueil.

Leur projet pour l’Opéra Bastille couronné d’une mention en 1884 les positionne sur les équipements culturels, avec plusieurs médiathèques réalisées en trente ans. Ces deux références leur valent d’être lauréats des Albums de la jeune architecture en 1985.    

Cette attention portée à la forme urbaine se perçoit notamment dans leurs opérations parisiennes de logements (ZAC Alésia - 2004, Seine Rive Gauche - 2008, rue des Maraîchers, Paris 20e - 2006) ou dans les pièces urbaines réalisées en périphérie, îlots résidentiels (Stains - 2013), îlots mixtes (Issy-les-Moulineaux – 2015) ou pôles d’équipements (Hauts-de-Cergy – 2013).

 

VALEUR D'USAGE 

L’attention aux usages guide la conception. Elle s’exprime à travers les plans et les coupes, exigeant la plus grande précision. Elle consiste aujourd’hui à offrir un maximum de potentiel et à donner de la souplesse aux espaces afin de permettre des usages différents et une appropriation aisée. Des lieux fédérateurs sont ainsi trouvés au cœur des bâtiments pour organiser un fonctionnement ouvert et décloisonné, néanmoins polarisé (centre culturel des Hauts-de-Cergy – 2013, bibliothèque universitaire de Versailles – 2013).

Le logement fait l’objet d’un travail analogue de rationalisation spatiale pour apporter la flexibilité requise par les modes de vie et les changements d’occupation (rue des Maraîchers, Paris 20e - 2006, rue du Charolais, Paris 12e - 2014). La valeur d’usage s’apprécie dans la durée, en prévoyant l’adaptation et l’évolution, voire en préfigurant le changement de destination.

 

 

CULTURE CONSTRUCTIVE

Les contraintes fonctionnelles et le contexte local dictent les choix constructifs. La curiosité se mêle à l’envie d’innover pour dégager des solutions pertinentes et sensibles, adaptées aux programmes et aux situations. Matériaux et procédés de mise en œuvre font l’objet de recherches et de partenariats renouvelés qui délivrent des réalisations sur mesure, accordées au milieu d’accueil. La préoccupation environnementale est une constante intégrée à la conception.

L’agence explore en continu le répertoire des techniques et des matériaux en fonction des projets et de leurs localisations :

- pavés de verre et profilés métalliques pour le logement des jeunes postiers en surélévation de la Poste de la rue Castex, dans le quartier du Marais à Paris (1996),

- briques claires et béton sablé pour le foyer de personnes handicapées de la rue Losserand, à Montparnasse (1998),

- pierre de taille porteuse pour l’école maternelle à Asnières (1994) et la maison de la petite enfance à Maisons-Alfort (1998),

- charpente bois pour les maisons “normandes” revistées du village de la SAPN, à Yvetot (1996),

- charpente métallique pour le cube de la médiathèque de Suresnes aux masques de pierre (1999) comme pour la coque ronde de celle de Chevilly-la-Rue habillée de verre et coiffée de zinc (2007),

- portiques en acier pour la bibliothèque universitaire de Versailles et son étage suspendu dans la nef (2013),

- préfabrication lourde élégante et policée pour le lycée hôtelier de Serris, équipement structurant de Marne-la-Vallée (2010),

- enveloppes d’aluminium nervuré ou perforé pour la bibliothèque de Versailles (2013) et le “macro-lot” multifonctionnel d’Issy-les-Moulineaux (2015), etc…

Par leur façon et leur mise en œuvre, les matériaux et techniques employés à bon escient confèrent aux ouvrages leur identité. Les architectures ainsi développées revêtent une dimension sensible et juste qui fonde leur humanité.

 
 
Département: 
Compétences: 
Architecture
Effectifs de l'entité: 
10 à 19
SIRET: 
40427722000012
Coordonnées de l'agence: 
Mme Marie-Hélène BADIA
Adresse
75003 PARIS
Pays: 
France
Téléphone: 
0142722271
Fax: 
0142722285

Projets de l'agence

En centre ville (Bourg-la-Reine - 92)

Logements en centre-ville Démarche urbaine du projet et parti architectural Le centre de Bourg-la-Reine traversé par la RD 920 nécessite d’être requalifié. Malgré sa fragilité face aux nuisances, il conserve un charme certain, notamment grâce à la place Condorcet, marquée par la présence de l’église Saint Gilles et de la Mairie. C’est à partir de cette idée que nous avons travaillé : «Affirmer la requalification contemporaine du centre tout en renforçant son identité» Pour cela nous avons considéré trois paramètres principaux : - l’échelle des bâtiments et des vides, - la mise en valeur des...

Ilôt Mixte (Issy-les-Moulineaux - 92)

Eco quartier des "Bords de Seine" L’îlot mixte d’Issy-les-Moulineaux répond à la recherche actuelle de mixité fonctionnelle et programmatique de la ville dense. Il associe quatre programmes, deux maîtres d’ouvrage et des partenaires liés par des vefa dont la ville d’Issy-les-Moulineaux destinataire du groupe scolaire. Le projet qui nous a été confié après un concours d’architecture en 2009 propose une grande forme urbaine en interaction avec son environnement qui rassemble des programmes différents et les articule autour de jardins intérieurs. La matière unitaire de la façade extérieure se...

Flat Copper - Entre boulevard et canal (Paris 19)

Entre boulevard et canal Dans le grand paysage urbain du Nord-est parisien le bâtiment s’inscrit à la croisée de réseaux multiples : boulevard Mac Donald, canal Saint-Denis, boulevard périphérique, faisceau ferré de la gare de l’Est. Par sa verticalité, l’autonomie de son volume, il signale et souligne l’intersection des systèmes et des tracés. Marqueur du grand paysage, il balise la perspective du canal jusqu’aux confins de Saint-Denis et d’Aubervilliers. Vu depuis la porte d’Aubervilliers, il constitue une de toile de fond pour l’espace généreux du Boulevard Mac Donald. De plus près, la...

Logements dans un quartier en renouvellement

Urbanité Bois d’Abbé, le vaste quartier d’habitat social de Champigny fait l’objet d’une rénovation. Le projet marque la nouvelle entrée et affine l’imbrication des bâtiments neufs et existants. Implantation L’implantation du projet se développe autour de 4 axes : 1- Signaler le projet sur l’entrée du quartier avenue Allende. 2 – Constituer un îlot qui donne une intériorité à l’opération et cadre le dialogue entre le bâtiment neuf et la tour existante par la volumétrie, l’architecture et la structuration des sols. 3 – Accompagner l’espace public par un alignement. 4 - Proposer des espaces...

Résidence Calmette et Guérin (Aulnay-sous-Bois - 93)

La reconstruction de la résidence sociale s’inscrit dans le plan de renouvellement urbain du quartier. A long terme, le bâtiment délimitera un vaste îlot ouvert. La volumétrie traduit l’unité du programme répartie selon deux ailes, articulée sur un angle : C’est une équerre qui protège le jardin organisé par les vestiges de l’existant, ponctué d’arbres de hautes tiges, « le paysage intérieur » de la résidence. L’aile au nord longe de toute sa hauteur (R+6) la rue Calmette Guerin afin de renforcer l’alignement, l’aile à l’est s’abaisse progressivement (jusqu’à R+2) en accompagnant le chemin...

Îlot Marcel Andréas - (Stains - 93)

Jardin Habité L’ancien tracé reliant Paris à Sarcelles, ici avenue Aristide Briand, raconte l’histoire de la ville. Il longe la cité jardin, le centre ancien et le tissu pavillonnaire gagné sur les terres maraichères. L’ilot Marcel Andréas, tête de pont du grand quartier pavillonnaire de l’Avenir, tournée vers le centre-ville, met en relation, cet axe structurant, les terrains de sports et le cimetière. Dans un contexte de pavillons et de petits immeubles, la barre pliée des années 60/70 « les Guignetières », implantée au nord de l’îlot, domine le quartier. Rassembler différentes manières d’...

Logements - Quartier Charolais Rotonde (Paris 12)

Des logements en ville le long des voies ferrées La Zac Charolais Rotonde s’étire sur une friche ferroviaire le long des voies de la gare de Lyon. Côté ville, desservie par la seule rue de Charolais, elle apparaît en second rang derrière les bâtiments existants. La diversité et la taille des programmes : logements, bureaux, équipements, contribuent à transformer en nouveau quartier, ce tissu de frange. Le paysage ferroviaire, dont les nuisances sonores sont aujourd’hui relativement faibles dégage un vaste ciel devant la façade. Morphologie La morphologie en plots permet un compromis entre la...

Learning center campus de l'UVSQ (Versailles - 78)

Le site, articulation du bâtiment avec son environnement Sous la stricte surveillance du château qui limite toute émergence, s’étend le campus universitaire de Versailles St Quentin-en-Yvelines. Ce dernier est implanté sur une ancienne propriété classée, appartenant jadis à la famille Panhard, constructeurs d’automobiles. Des bâtiments des années soixante se sont installés en couronne autour du «cœur historique», formé par le pavillon Panhard et son parc boisé. Discrets, ils ne parviennent pas à donner une identité forte au campus. Les terrains de sports, du fait des déblais et remblais qu’...

Pôle technologique du Mantois (Mantes-la-Ville - 78)

Le programme, regroupement des composantes universitaires sur un seul campus Le projet du Pôle Technologique du Mantois s’inscrit dans la volonté de regroupement de l’IUT Mantes-La-Jolie (Institut Universitaire de Technologie), l’ISTY (Institut des Sciences et Techniques des Yvelines) et d’autres antennes locales de recherche au sein de la ZAC Mantes-Université, lancée par l’UVSQ (Université de Versailles - Saint Quentin-en-Yvelines). La mutualisation des moyens de recherche de l’UVSQ (labos, enseignants-chercheurs, plateforme technologique) ainsi qu’une mutualisation des aménités (...

Pôle multimédia "Visages du monde" (Cergy Pontoise - 78)

Le site, acteur primaire à la découverte dynamique du quartier Le centre socioculturel des Hauts de Cergy, Visages du Monde, s'inscrit dans un quartier neuf, destiné à un programme mixte de requalification des espaces publics, de projets de logements et d'activités commerciales, culturelles, et éducatives. En s’installant sur un côté de la place du nautilus et en bordure du boulevard d’Erkrath, il participe à la nouvelle dynamique du quartier et illustre la politique de développement urbain. Le programme, diversité et complexité, un cœur d’art numérique Le centre socioculturel est doté d'un...

Lycée hôtelier à Val d'Europe (Serris - 93)

Le lycée est l’un des équipements majeurs du cœur de Val d’Europe, le centre urbain du sec­teur IV de Marne la Vallée, «la ville de d’Eurodisney». Une ville «de boulevards, de rues, de places grandes et petites et de parcs». A l’intérieur du cercle qui définit la forme de la ville et la délimite, le style architectural et l’homogénéité constante du bâti sont à mille lieux de la ville nouvelle des années 70. Le terrain dédié au lycée est un délaissé triangulaire dont les deux grands côtés sont dessinés par des infrastructures ferroviaires. Ici l’insertion des équipements dans le tissu n’est...

Collège années 30 - Extension & Réhabilitation (Paris 10)

Le collège étant depuis longtemps trop à l’étroit, des classes ont été installées dans des préfabriqués sur le toit, et la restauration aménagée dans le sous sol sans lumière. Pour créer de nouvelles salles et un gymnase, la Ville de Paris a lancé un concours sur une parcelle en vis-à-vis, située entre la rue Jean Poulmach et le quai de Valmy, celle-ci devant être reliée à l’existant par une liaison construite. Aux solutions envisagées : passerelle en étage ou privatisation de la rue par une construction à rez de chaussée, nous avons préféré un passage sous chaussée, respectant l’espace...