Learning center campus de l'UVSQ (Versailles - 78)

Description du projet

  • Le site, articulation du bâtiment avec son environnement
Sous la stricte surveillance du château qui limite toute émergence, s’étend le campus universitaire de Versailles St Quentin-en-Yvelines. Ce dernier est implanté sur une ancienne propriété classée, appartenant jadis à la famille Panhard, constructeurs d’automobiles. Des bâtiments des années soixante se sont installés en couronne autour du «cœur historique», formé par le pavillon Panhard et son parc boisé. Discrets, ils ne parviennent pas à donner une identité forte au campus. Les terrains de sports, du fait des déblais et remblais qu’ils ont occasionnés, interrompent la structure ancienne du parc sans lui redonner de cohérence. Le site est aujourd’hui coupé en deux : entre le parc en pente à l’Est et les vastes terrains de sports à l’Ouest.

La Bibliothèque Universitaire, posée à cheval sur cette limite, articule les deux espaces. Le bâtiment ne constitue pas une masse qui couperait définitivement le site en deux, mais une mise en communication, une médiation entre les deux versants du campus. Il n’a pas de façade principale, il est fédérateur des multiples aspects du site. Depuis sa position centrale, son caractère multidirectionnel a été réalisé par l’imbrication de trois volumes à quatre orientations différentes (nord, sud, est, ouest), entrecoupés de failles permettant des prises de lumière et des transparences entre le parc et le terrain de jeux.

Ces trois volumes distincts expriment les trois parties du programme : l’accueil, les services et les salles de consultation. La forme devient ainsi l’expression de notre perception du programme, du site contrasté et de la réactivité aux exigences d’un bâtiment peu consommateur d’énergie (quasiment autonome) et soucieux du confort lumineux et thermique.

  • Le programme, fluidité et souplesse des plateaux
Les programmes de bibliothèques universitaires font aujourd’hui l’objet de nombreux questionnements liés à la place du papier et de la consultation informatique. Les étudiants, de plus en plus nombreux malgré leurs équipements informatiques y recherchent des conditions de travail optimum : espace, calme, silence, et qualité d’accueil. Aujourd’hui la bibliothèque comme lieu de vie, plus que de conservation de livres, prend tout son sens. Dans ces nouvelles bibliothèques hybrides, l’ouverture et la variation des plateaux est une garantie pour ménager toutes les évolutions.

Le fonctionnement intérieur de la BU se veut évident : deux grands plateaux libres reliés par le hall à un niveau intermédiaire, d’où partent les escaliers. Les points d’accueil ont été mis en valeur par leur accessibilité et leurs ambiances conviviales. A travers un jeu sur la géométrie, un plateau libre suspendu vient créer des demi-niveaux. Ainsi, la visibilité et lisibilité des espaces est totale – la souplesse d’organisation des secteurs également.

  • La définition architecturale, une carapace organique, une intériorité dévoilée
Accroché aux cheminements existants et à la pente, ce bâtiment comme une carapace nervurée habillant le corps en béton brut, organise et articule les espaces et les prises de lumière. La structure intérieure amplifie l’idée d’une architecture organique en suspendant le plancher haut aux poutres qui définissent les sheds. Le franchissement de grande portée libère les plateaux. L’intérieur et l’extérieur communiquent. Les façades sont résultantes de cette mise en relation. Elles sont un intérieur montré.

La façade Est totalement ouverte sur le bois est naturellement protégée de l’ensoleillement par un rideau d’arbres. Lisse et rectiligne elle permet à ceux qui cheminent en la longeant de découvrir les deux plateaux de consultation et permet aux lecteurs de bénéficier du tableau végétal qui s’offre à eux. A l’opposé, la façade Ouest est structurée par des alvéoles qui reprennent les sheds de toitures et apportant de la lumière tout en se protégeant de l’ensoleillement. Elle permet des vues biaises et lointaines. La façade nord est percée selon la disposition des carrels. Enfin la façade sud, façade de l’entrée ou mur Trombe (du nom du physicien qui a inventé le principe) est constituée par un voile de béton lasuré en bleu nuit devant lequel est posé une plaque de verre sérigraphiée. La lame d’air qui circule entre les deux est chauffée par le soleil et récupérée pour contribuer au chauffage du bâtiment. Les risques de surchauffe sont gérés par l’auvent qui porte ombre l’été mais pas l’hiver.

Les ambiances intérieures sont déterminées par la lumière naturelle et les cadrages visuels sur le paysage. La déclinaison de verts et de bleus du mobilier sont comme des reflets des arbres et du ciel provenant de l’extérieur, qui varient en fonction de la lumière, évoquant également le côté métallique du bardage extérieur. 

Prix d'architecture

Projets du mois Archiliste

Année de réalisation

Surface

4011m2

Département

Yvelines

Ville

Versailles

Code Postal

78000

A propos de l'agence ATELIER D'ARCHITECTURE BADIA BERGER

Présentation

Comme des voyageurs nous aimons que les architectures nous parlent d’une société, d’une histoire, d’une culture, d’un ciel et de sa lumière, d’un sol, de la rigueur de l’hiver ou la chaleur de l’été. Nous aimons celles qui donnent un sens à leur existence, celles qui se risquent à proposer des formes offertes au mouvement des désirs humains. Aucun de nos projets n’est semblable, tous sont conçus autour des valeurs attachées au plan, pour sa fluidité et sa permissivit...

Plus de projets de l'agence ATELIER D'ARCHITECTURE BADIA BERGER

Collège années 30 - Extension & Réhabilitation (Paris 10)
Le collège étant depuis longtemps trop à l’étroit, des classes ont été installées dans des préfabriqués sur le toit, et la restauration aménagée dans le sous sol sans lumière. Pour créer de nouvelles salles et un gymnase, la Ville de Paris a lancé un concours sur une parcelle en vis-à-vis,... Lire la suite
Ecole de musique (Mantes-la-Jolie - 78)
Un socle haut et transparent révèle la présence de la salle de diffusion. Le socle est surmonté de trois volumes simples posés, reliés par une galerie transversale définissant des patios suspendus comme autant de fenêtres ouvertes sur la ville. Le bâtiment est habillé de cuivre, et strié de lames de... Lire la suite
Lycée hôtelier à Val d'Europe (Serris - 93)
Le lycée est l’un des équipements majeurs du cœur de Val d’Europe, le centre urbain du sec­teur IV de Marne la Vallée, «la ville de d’Eurodisney». Une ville «de boulevards, de rues, de places grandes et petites et de parcs». A l’intérieur du cercle qui définit la forme de la... Lire la suite