SÉQUENCES BOIS n°126

SÉQUENCES BOIS n°126

Construire l’hospitalité, en actes et en lieux

Si la plupart des gouvernements ont opté pour une stratégie de confinement face à l’épidémie, la politique du « chacun chez soi » prenant acte de l’échelle du foyer à celle des États a véhiculé un certain entre-soi sécuritaire et une notable phobie sociale, accentuant le caractère inhospitalier de nos sociétés européennes. La situation dans les camps de transit insulaires comme celui de la Moria au large de la Grèce, a révélé que l’Union Européenne – qui se targue de défendre « le respect de la dignité humaine » – acceptait l’idée de laisser 18 000 humains dans des conditions sordides en pleine période d’épidémie, tel que le déplorait Human Rights Watch durant le mois de mars. En France, les conditions de survie des sans-domiciles également très affectées par l’absence soudaine d’urbains altruistes et par l’impossibilité de se mettre à l’abri et en « sécurité sanitaire », ont réactivé le caractère intolérable du mal-logement, à l’heure où tant d’habitations et de bureaux étaient désertés dans toutes nos villes. Fort heureusement, ces insoutenables situations ont fait se consolider ou émerger de puissants réseaux de solidarité. Parce qu’elle est affaire de temps long, si l’architecture ne peut se déployer aussi vite que ces derniers – à moins de risquer l’amateurisme dénoncé par Patrick Coulombel –, elle recèle de nombreuses réponses aux crises que nous traversons. Celle-ci nous rappelle combien nous avons besoin de lieux de confort et de réconfort, combien nos villes sont peu résilientes, mais aussi à quel point nombre de logements sont encore indignes ou inadaptés. Face à ces enjeux, l’architecte Cyrille Hanappe travaille depuis plusieurs années avec la notion de ville accueillante, qui accepterait les flux et reflux de population. Dans cette proposition que Séquences Bois embrasse absolument, les systèmes constructifs propres au matériau bois se révèlent particulièrement pertinents grâce à leur caractère démontable et réemployable. Plus que cela, ils permettent de conjuguer l’engagement social au développement local et à l’écologie, par la mobilisation de filières potentiellement courtes et renouvelables, tandis que la chaleur de cette matière vivante est bienvenue dans des lieux qui accueillent détresse et précarité. Soucieuse de partager son énergie positive et constructive alors qu’il faut désormais édifier ce fameux monde d’après dont nous avons tant parlé, Séquences Bois est partie à la recherche des plus beaux projets bois dédiés à l’hospitalité qui, grâce à des programmes expérimentaux et des acteurs engagés, se multiplient avec toujours plus de qualités spatiales, d’insertion urbaine et d’évolutivité.

Sarah Ador
Thématique: