En centre ville (Bourg-la-Reine - 92)

Photographe: 
Guillaume Dutreix

BADIA BERGER Architectes

A propos de l'agence
Activité: 
Architectes
Présentation: 
Comme des voyageurs nous aimons que les architectures nous parlent d’une société, d’une histoire, d’une culture, d’un ciel et de sa lumière, d’un sol, de la rigueur de l’hiver ou la chaleur de l’été.

Nous aimons celles qui donnent un sens à leur existence, celles qui se risquent à...
Département: 
Description du projet: 
Logements en centre-ville
  • Démarche urbaine du projet et parti architectural
Le centre de Bourg-la-Reine traversé par la RD 920 nécessite d’être requalifié.
Malgré sa fragilité face aux nuisances, il conserve un charme certain, notamment grâce à la place Condorcet, marquée par la présence de l’église Saint Gilles et de la Mairie.
C’est à partir de cette idée que nous avons travaillé : «Affirmer la requalification contemporaine du centre tout
en renforçant son identité»
Pour cela nous avons considéré trois paramètres principaux :
- l’échelle des bâtiments et des vides,
- la mise en valeur des commerces dont la présence caractérise le centre,
- l’expressivité des matériaux.
Ceci nous a rapidement conduits à considérer que les commerces seraient fortement exprimés par un socle sur lequel se poseraient des bâtiments relativement découpés.
Le socle permet de gérer la pente et le contact aux existants, il assure une continuité sur rue.
Dans cet ensemble, l’intervention sur la place Condorcet revêt une importance particulière.
  • L’échelle du bâti
Le projet propose un fractionnement volumétrique, des inflexions et une variation de la taille des percements des façades qui bordent les espaces publics.

Le plan de masse donne un cadre défini à partir duquel travailler. Il introduit l’idée de la porosité entre les espaces publics et privés que nous avons reprise et décliné.
Le bâti cherche à exprimer diversité et rythme sans pastiche. Le fractionnement correspond à l’organisation volumétrique du projet, la ligne de ciel est découpée à différentes hauteurs.
Une faille rompt le linéaire du lot 5 et permet de laisser passer le soleil du matin avenue du Général Leclerc
et celui du soir dans la cour.
Au niveau du piéton, en complément de la placette qui sépare les lots 4 et 5 des porches ouvrent des vues
et laissent voir les jardins intérieurs.
Les façades sont composées avec sobriété «en grille» comme les bâtiments existants. Des inflexions et légers retraits des plans de façades, accompagnés parfois de changements de matériaux apportent une souplesse à l’ensemble tout en conservant la sobriété recherchée.
Des variations apparaissent dans la taille des percements accompagnant les changements de plans de façades.
La présence du socle en pierre sur ou deux niveaux permet une première décomposition de la hauteur complété par les éléments architectoniques qui marquent les attiques.
  • L’échelle des vides
Le projet réinterprète le thème de la cour domestique et plantée sur les espaces semi publics et privés.
Le contraste entre les façades donnant sur les espaces publics et celles donnant sur les espaces intérieurs
est affirmé.
L’intériorité du projet est marquée par le caractère domestique des prolongements extérieurs.
Les percements sont plus importants, les balconsdonnent du confort aux logements.
  • Les articulations avec les espaces publics et le bâti existant
La place
Sur la place le bâtiment est une tête emblématique de la requalification en cours. Il est dimensionné et dessiné pour conforter la place, lui donner un fond de perspective.
L’idée de « renforcer la place » est déterminante, pour cela nous avons composé un ensemble urbain
qui incorpore l’immeuble post haussmannien en pierres, briques et céramiques.
Le raccord avec ce bâtiment est travaillé afin d’assurer à la fois la continuité par la hauteur du socle et sa matérialité, tout en gérant une transition volumétrique. C’est pourquoi la brasserie occupe les deux niveaux du socle.

Une écriture architecturale sobre marquée par le soin du détail
Sur les espaces publics la composition des façades en grille est rythmée par des changements de plans.
Les menuiseries extérieures sont réalisées en bois, le socle et le bâtiment sur la place habillés par une pierre calcaire autoportante de Saint-Maximin.
Surface: 
7 633m2
Année de réalisation: 
Coût du projet: 
Entre 10M€ et 50M€
Département: 
Ville: 
Bourg-la-Reine
Code Postal: 
92340

Plus de projets de l'agence BADIA BERGER Architectes

  • Learning center campus de l'UVSQ (Versailles - 78)

    Le site, articulation du bâtiment avec son environnement Sous la stricte surveillance du château qui limite toute émergence, s’étend le campus universitaire de Versailles St Quentin-en-Yvelines. Ce... Lire la suite
  • Logements - Quartier Charolais Rotonde (Paris 12)

    Des logements en ville le long des voies ferrées La Zac Charolais Rotonde s’étire sur une friche ferroviaire le long des voies de la gare de Lyon. Côté ville, desservie par la seule rue de Charolais... Lire la suite
  • Ecole de musique (Mantes-la-Jolie - 78)

    Un socle haut et transparent révèle la présence de la salle de diffusion. Le socle est surmonté de trois volumes simples posés, reliés par une galerie transversale définissant des patios suspendus... Lire la suite