Logements - Quartier Charolais Rotonde (Paris 12)

Photographe: 
David Boureau et Takuji Shimmura

BADIA BERGER Architectes

A propos de l'agence
Activité: 
Architectes
Présentation: 
Comme des voyageurs nous aimons que les architectures nous parlent d’une société, d’une histoire, d’une culture, d’un ciel et de sa lumière, d’un sol, de la rigueur de l’hiver ou la chaleur de l’été.

Nous aimons celles qui donnent un sens à leur existence, celles qui se risquent à...
Département: 
Description du projet: 
  • Des logements en ville le long des voies ferrées

La Zac Charolais Rotonde s’étire sur une friche ferroviaire le long des voies de la gare de Lyon.

Côté ville, desservie par la seule rue de Charolais, elle apparaît en second rang derrière les bâtiments existants.

La diversité et la taille des programmes : logements, bureaux, équipements, contribuent à transformer en nouveau quartier,  ce tissu de frange.

Le paysage ferroviaire, dont les nuisances sonores sont aujourd’hui relativement faibles dégage un vaste ciel devant la façade.

 

  • Morphologie 


La morphologie en plots permet un compromis entre la compacité et la possibilité d’offrir aux logements un bon ensoleillement et des vues multiples.

 

A rez-de-chaussée des porches et des jardins répondent à une échelle piétonne et donnent une porosité à la frange construite sur les voies ferrées. Il y a une continuité spatiale et visuelle de la voie nouvelle jusqu’à la rue du Charolais et au-delà jusqu’au square Eugène Thomas sur l’avenue Daumesnil. Le plot au sud-est, sur la placette du poste d’aiguillage se tourne vers la rue du Charolais pour inviter  à entrer dans le nouveau quartier.

 

  • Matérialité, rythme et percements


Les angles de briques brunes contrastent avec les jardins d’hiver ouverts sur les angles sud. La double peau  nous permet de donner une forte identité au projet en opposant  deux matériaux intéressants dans le contexte.

Briques et bois expriment : masse et légèreté, fermeture et ouverture, protection et intériorité, rugosité et douceur.

Des loggias inscrites ponctuellement dans la double peau permettent d’offrir un espace extérieur et d’individualiser chaque logement, elles introduisent un jeu sur l’échelle et le graphisme des façades.

L’intériorité est exprimée par le bois : naturel  au fond des loggias, il prend pour les volumes qui émergent dans les attiques une couleur proche de celle de la brique.

 

  • Logements 

Les plots sur la rue Jorge Semprun rassemblent des logements à trois orientations, les séjours bénéficient des jardins d’hiver et les chambres sont protégées par les murs de briques.

Les surfaces de la double peau non étanchées et non chauffées permettent d’agrandir l’espace des logements, de gérer leur confort thermique et de les protéger des nuisances acoustiques.

La double peau gère également le rapport au paysage des voies ferrées, permettant de bénéficier de la lumière et de la vaste étendue de ciel au travers d’un filtre modulable par chacun.

Au dessus des porches les logements comportent des séjours traversants.

A partir du R+ 4 des  duplex s’installent verticalement en retrait sur des terrasses accessibles.

Tous les logements à partir des 3 pièces possèdent une double voire une triple orientation ainsi qu’un  prolongement extérieur ouvert au sud : jardin d’hiver, loggias ou terrasses.

 

Surface: 
4 528m2
Année de réalisation: 
Coût du projet: 
Entre 1M€ et 10M€
Département: 
Ville: 
Paris - 12e arrondissement
Code Postal: 
75012

Plus de projets de l'agence BADIA BERGER Architectes

  • Learning center campus de l'UVSQ (Versailles - 78)

    Le site, articulation du bâtiment avec son environnement Sous la stricte surveillance du château qui limite toute émergence, s’étend le campus universitaire de Versailles St Quentin-en-Yvelines. Ce... Lire la suite
  • Ecole de musique (Mantes-la-Jolie - 78)

    Un socle haut et transparent révèle la présence de la salle de diffusion. Le socle est surmonté de trois volumes simples posés, reliés par une galerie transversale définissant des patios suspendus... Lire la suite
  • Îlot Marcel Andréas - (Stains - 93)

    Jardin Habité L’ancien tracé reliant Paris à Sarcelles, ici avenue Aristide Briand, raconte l’histoire de la ville. Il longe la cité jardin, le centre ancien et le tissu pavillonnaire gagné sur les... Lire la suite