Internat du lycée Charlotte Delbo, dammartin-en-Goële

Photographe: 
Schnepp Renou

Lankry architectes

A propos de l'agence
Activité: 
Architectes
Département: 
Description du projet: 

L’internat est conçu comme un bâtiment compact implanté le long de la voie de desserte interne du lycée, son volume unitaire s’inscrit simplement dans la géométrie du site, prolongeant cet ordonnancement régulier.

Pourtant, le programme particulier qu’est l’internat introduit des enjeux implicites à côté de ceux exprimés par le programme. En effet, habiter, adolescent, sur le lieu où l’on étudie pose la question de la distinction des territoires et des temporalités, de la distance entre son lieu de vie et l’établissement où l’on étudie.

Il nous semble donc essentiel de proposer des lieux de vie intimes et confortables, des espaces de rencontre des salles de travail de qualité mais peut-être plus encore d’installer une distance symbolique entre les deux pôles de la journée du lycéen afin qu’il continue à se dire « je vais en cours, je rentre » …

Ainsi, nous ménageons un décalage entre le socle à rez-de-chaussée accueillant les services partagés et les niveaux supérieurs dédiés à l’hébergement. Ce décalage donne à l’édifice une silhouette particulière et offre au lycéen un espace extérieur protégé qui crée une césure entre l’espace du lycée et l’ambiance plus domestique de l’internat. Sa façade et son plafond en inox poli démultiplient les reflets et font de ce seuil abrité un lieu extraordinaire. Les lycéens passent à travers le miroir pour entrer chez eux, comme on accède à un lieu secret. 

L’enveloppe de l’internat s’inscrit également dans cette perspective. La peau du bâtiment est une fiction de nature, elle prend  l’apparence d’une forêt pixellisée imprimée sur l’ensemble des façades. Ce jeu optique transforme l’édifice en un bosquet numérique et offre aux lycéens l’opportunité de se mettre au vert à l’abri d’un camouflage qui accentue la distance entre le lieu de vie et les espaces de l’apprentissage.

Une forme de légende, inventée pour la circonstance nous permet d’introduire le bâtiment dans le site.

… on raconte qu’en ce lieu reculé et en des temps éloignés, les gens vivaient heureux ici. On dit même que les rires des enfants résonnaient dans le petit bois.

Une légende relate qu’un jour une sorcière vint à passer. Elle supplia les villageois de lui donner l’un des enfants, n’importe lequel pour remplacer celui qu’elle avait perdu. Elle exigea que cet enfant lui fût livré le soir même avant minuit.

Evidemment les villageois refusèrent d’accéder à cette folle demande. Ils la chassèrent, lui lancèrent des pierres !

Le lendemain, pour se venger, la sorcière prononça un sort qui pétrifia le petit bois et les enfants qui s’y trouvaient alors.

Il semble pourtant qu’aujourd’hui encore des enfants vivent dans le petit bois !

Certains affirment même que parfois, à la tombée de la nuit, on peut entendre leur voix et y entrevoir des lumières …

Surface: 
1 980m2
Matériaux: 
Année de réalisation: 
Coût du projet: 
Entre 1M€ et 10M€
Département: 
Ville: 
Dammartin-en-Goële

Plus de projets de l'agence Lankry architectes

  • Architectes

    Ecole de Danse Aurélie Dupont

    Dansez maintenant ! L’école de danse, « l’espace Aurélie Dupont » est plantée là-bas bien au-delà de la Marne dans un quartier excentré de Joinville. Elle est conçue comme un objet insolite à même d’... Lire la suite
  • Architectes

    EHPAD Résidence Vallée de la Marne

    La clinique à restructurer est implanté quai de la Marne, face à l’île Fanac, dans un site pittoresque, le long d’une promenade aux reflets d’argent et aux arbres centenaires. Le bâtiment principal... Lire la suite